20
Août 2020

Point de vue de la CI Chanvre concernant divers articles de presse sur le « cannabis synthétique »

Seul un marché régulé diminue les risques pour la santé

La CI Chanvre réprouve la pratique illicite d’enrichir du chanvre légal CBD avec des produits chimiques illégaux tels que des cannabinoïdes synthétisés. Ce sera uniquement une régulation de la culture et du commerce de chanvre qui garantira une protection efficace des consommatrices et consommateurs suisses.

Les mesures de confinement liées à la pandémie du Coronavirus des derniers mois ont également eu des répercussions sur le marché du chanvre illégal, dont la disponibilité sur le marché noir a diminué. En réaction à cette situation, la circulation de cannabis trafiqué ou enrichi avec des cannabinoïdes synthétiques a augmenté. Ce genre de produit traité n’est pas comparable à ceux issus de chanvre naturel. Dû à la puissance élevée du THC artificiel et ses effets imprévisibles, les consommatrices et consommateurs sont exposés à de grands risques de santé.

La CI Chanvre et ses membres en tant qu’association du secteur cannabis s’engagent pour une culture et un commerce avec du chanvre CBD légal et ses produits dérivés. Ils condamnent fermement les méthodes illégales d’enrichissement de chanvre CBD avec des produits chimiques.

Produits et affaires « propres »

Le code de déontologie contraignant des membres de la CI Chanvre les engage à agir de façon transparente et professionnelle et de respecter les lois et la protection de la jeunesse. Certains commentaires de presse présumaient que des producteurs suisses de cannabis CBD seraient à l’origine de la pratique illicite d’enrichir du chanvre naturel avec des produits chimiques artificiels.  Ce genre de reproches est sans aucun fondement et témoigne d’une ignorance affligeante.

Ce ne sont pas des producteurs suisses de CBD, mais des organisations criminelles qui contrôlent le marché illicite du chanvre THC. Si des fleurs de chanvre achetées légalement en Suisse servaient de base pour le chanvre illicitement trafiqué du marché noir, ce serait fâcheux – mais le cœur du problème réside dans le traitement juridique du cannabis.

Conséquences de la répression et prohibition

Durant des décennies, la Suisse et de nombreux autres pays ont essayé de lutter contre la consommation de cannabis en misant sur la prohibition et répression. Dans son analyse «la Loi sur les stupéfiants a dix ans », la Commission fédérale pour les questions liées aux addictions (CFLA) considère cette stratégie comme échouée.

https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-74833.html

La Loi sur les stupéfiants s’oriente de façon unilatérale à l’abstinence et la prohibition. Pourtant, 600’000 personnes en Suisse consomment du cannabis – et une grande partie de ces produits présente une teneur en THC au-dessus de la valeur maximale autorisée par la loi.

Tant qu’il n’y a pas d’offre réglementée et contrôlée, les patientes et patients ainsi que les consommatrices et consommateurs sont obligés de s’approvisionner sur le marché noir. Il est choquant de constater comme cette situation anéantit la protection des consommatrices et consommateurs. Du fait qu’il est repoussé au marché noir, il n’existe aucune obligation de déclaration et d’analyse pour le cannabis contenant du THC, contrairement à tous les autres produits tels que fromage, eau minérale, chocolat, tabac et alcool. La sécurité des produits reste une boîte noire, aussi bien en ce qui concerne la teneur en composants désirés qu’en matière de contamination avec des pesticides, métaux lourds, bactéries et mycotoxines. En particulier, des risques élevés tels que ceux provenant d’un enrichissement avec des cannabinoïdes synthétiques, restent totalement inconnus.

La CI Chanvre s’engage pour une régulation des produits de chanvre dans le respect de la protection de la jeunesse et de la protection de la santé des consommatrices et consommateurs. Avec le début des projets pilote de distribution réglementé de chanvre, la Suisse fait un pas dans la bonne direction. La CI Chanvre soutient les projets pilote prévus et collabore activement avec les autorités fédérales dans leur mise en œuvre.

Dans le contexte des risques liés aux cannabinoïdes synthétiques, les consommateurs peuvent consulter la fiche d’information correspondante des services spécialisés du canton de Zurich (Suchtprävention Zürich, publ. avril 2020, en allemand) https://www.suchtfachstelle.zuerich/images/PDFs/Factsheet_Cannabinoide_Suchtpraevention.pdf).

 

Renseignement et infos: info@ighanf.ch